Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

ECODEVELOPPEMENT DE WANIANGA & BAKANO

 

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

PROVINCE DU NORD - KIVU

TERRITOIRE DE WALIKALE

 

                                            PLAN DE D’ECODEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE WANIANGA

 

 

En collaboration avec

MINISTERE PROVINCIAL EN CHARGE DE L’ENVIRONNEMENT & DIVISION PROVINCIALE DU PLAN -NORD KIVU

Avec l’appui de :

Ecosystème Alliance

 

Goma, Septembre 2013

  1. contexte

Le mode de fonctionnement des collectivités territoriales a été marqué pendant plusieurs décennies, par l’absence de tout système de planification

et de programmation pluriannuelle permettant d’inscrire le développement local dans une vision d’aménagement spatial et sectoriel.

L’instauration d’un système de planification locale s’impose au regard des grands défis à relever. Ce système devrait être participatif et centré sur la résolution de problèmes des populations, en y intégrant la perspective de l’égalité du genre.

Faisant suite au travail déjà mené à titre pilote comme stratégie d’intervention de L’UADPL Nord Kivu ayant permis de mettre en place le premier plan de développement des ETD , par celui de BENI- MBAU en Août 2009, le Réseau CREF avec l’appui de ses partenaires RAINFOREST FOUNDATION NORVEGE a conduit le mise en place du plan de développement du secteur des Wanianga duquel l’actuel plan d’écodéveloppement fait suite pour enrichir plus le volet environnemental.

  1. Méthodologie

Le processus d’élaboration du plan de développement local du secteur de Wanianga repose sur une démarche de planification locale novatrice,

et largement participative qui a impliqué les autorités politiques, administratives et coutumières, les services techniques déconcentrés,

ainsi que les principaux acteurs du développement local.

Les populations ont été largement impliquées dans la mise en œuvre du processus de planification, en partant du niveau communautaire

 (villages et localités) passant par les groupements, jusqu’ au niveau du secteur qui est en dernier ressort le cadre institutionnel

de pilotage du développement local.

  1. Mandat

Le mandat accordé à l’organisation RCGW , membre du réseau CREF active dans le secteur de Wanyianga en territoire de Walikale était de ressortir du Plan de Développement Local du secteur de Wanianga, un plan d’écodéveloppement prenant en compte trois dimensions de développement durable en savoir les dimensions social, économique et environnementale.

  1. Objectifs du plan

  • Objectif Pédagogique :

Initier une démarche de planification participative locale, s’inspirant de la méthodologie du FENU, et de capitaliser l’expérience avec toutes

les parties prenantes du programme.

Objectif Opérationnel :

Définir les principales orientations d’aménagement et de développement socio-économique de la collectivité-secteur ainsi que l’élaboration

d’un programme d’investissement pluriannuel tenant compte des potentialités et contraintes du milieu ,des actions prioritaires et

des moyens disponibles ou attendus.

 

  1. Elément phare sur le plan REDD, environnement, Forêts, eau et Biodiversité

 

  1. Elément phare sur le plan REDD en cours et potentiels :

 

Le territoire de Walikale dont notamment en secteur de Wanianga compte, selon les estimations des organisations de la société civile environnementale, plus de 150 unités motorisées de scierie artisanales .Ce territoire constitue donc un des points d’attention de la problématique de déforestation

et dégradation des forets et donc de la REDD. Ce Secteur de Waninga a l’avantage d’abriter un des premiers projets REDD pilote à travers le porteur C.I. (Conservation Internationale) en groupement de Kisimba- IKOBO.Une initiative en cours de conservation de l’habitat des grands singes de l’Est (gorilles et chimpanzés) CAP 2022 avec le couloir écologique touche également cette entité. Le consortium de conservation avec certaines organisations locales au sein de l’UGADEC, évoluent vers des « réserves naturelles communautaires  » et à terme veulent évoluer vers des projets REDD+.

Mais aussi des timides initiatives de foresterie communautaire sont en cours, à l’étape de cartographie participative.

D’autres organisations des paules autochtones réflechissent sur la dynamique de APACE dont notamment PIDP ausein du

Réseau nationale des RENAPICO «  Aires et Territoires du Patrimoine Autochtone et Communautaire».Le territoire de Walikale avec Wanianga

serait aussi ciblé.

  1. Elément phare sur le plan Forêts,

La forêt du secteur des Wanianga est une forêt ombrophile et sempervirente, qui appartiendrait aux forêts humides de basse et moyenne altitude

 de la cuvette centrale congolaise. Cette forêt constitue sur le plan mondial un véritable réservoir de carbone qui entre en compte dans

la régulation climatique. Riche en biodiversité, on y enregistre des espèces de bois à intérêts économiques suivantes :

Nom scientifique

Nom vernaculaire Nyanaga

usage

01

Entandrophragma candollei

Libuyu

Planche (bois d’œuvre)

0

Entandrophragma cylindricum

Muhazi

Planche (bois d’œuvre)

03

Marchamia lutea

Musave

Charpente et meuble

04

Cordia abyssinica

Mungomangoma

Meuble et construction

05

Sterculia tragacatha

Iyungu

Construction ponts

06

Celtis mildibraedii

Muro

carbonisation

07

Altonia congensis

Muntongo

construction

08

Albizia spp

Musebere

Carbonisation

09

Ocotea usambaraensis

Licheche

Planche (bois d’œuvre)

10

Parkia filicoidea

Munchenche

Carbonisation

11

Canarium schweinfurthii

Musuku

Meuble

12

Amphumas spp

Kibambe

Construction

13

Tabernaemontana spp

Nkusare

Construction

14

Treculia africana

Busesa

construction

15

Indéterninée spp

Kirehe

Construction, carbonisation

16

Uapacca gineensis

Karunda

Construction

 

 

 

  • Forêts classées :

En secteur des Wanianga on rencontre une partie des forêts classées se trouvant dans le Parc National de Maiko dans la limite du Groupement Usala avec la Province Orientale. On y rencontre aussi la réserve naturelle intégrale de Kisimba et Ikobo, RPKI en sigle classée par l’arrêté ministériel n° 013/CAB/MINE/ECN-EF/2006 du 03/04/2006 et dont le classement a été fait de manière unilatérale c.à.d. sans consentement libre, informé et préalable des communautés locales de ladite entité.

  • Forêts protégées

Le Secteur des Wanianga est couvert dans presque sa totalité par les forêts protégées dans lesquelles les communautés locales et les Peuples Autochtones exercent leurs activités de subsistance. Ces forêts protégées sont toutes riches en biodiversité

animale et végétale. Il est important de signaler que ces forêts protégées gardent encore leur structure forestière intacte. Chose qui fait à ce qu’elles soient exposées à la convoitise non seulement des exploitants artisanaux, mais aussi des sociétés multinationales.

  • Forets de production permanente

En secteur des Wanianga ; on compte certains espaces qui sont reconnues comme de production permanente dans les Groupements Ikobo, Kisimba, Ihana et Luberike. Nombreuses de ces concessions disposent des titres, mais qui ne sont pas en jour conformément à la législation en vigueur de notre pays.

 

  1. Elément phare sur le plan eau

Comme le Secteur de Wanianga est couvert par une forêt dense, cette dernière connait une pluviosité abondante et régulière toute l’année. Pour ce qui est de l’hydrographie, la forêt du Secteur des Wanianga est serpentée par de grands cours d’eaux qui se trouvent dans le Bassin du Congo, et dont la plupart sont très poissonneux. A titre illustratif on cite les rivières : Luhoho (qui fait la limite avec le Secteur des Bakano), la Lowa, Osso, Bilate, Luholu, Lindi, Lubonga, Mampi, Hunde, Tatako, Kiruchi,… On rencontre aussi dans ces cours d’eaux d’importantes chutes et des eaux thermales capables de desservir le secteur en énergie électrique.

 

 

                                                                                       La rivière Osso et Birike sont parmi les grandes rivières du secteur

 

 

 

Pratique de la pêche dans les cours d’eau en secteur des Wanianga

 

  1. Elément phare sur le plan Biodiversité (faune) :

 

On trouve dans la forêt du Secteur des Wanianga une diversité faunique des différentes classes entres autres : les mammifères, les oiseaux,

les reptiles, les batraciens et les poissons dans les eaux douces.

Il y a fréquente apparition des animaux près des habitations, aucune catégories n’est épargnée, celles des animaux protégées et non protégés,

comme la girafe, les gorilles jusqu’au petits ruminants, il s’agit donc de : antilope, singe, gorille, rat de Gambie, girafe, ecureille,

porc épic, oiseaux, serpents etc. La population en général connait les espèces animales protégées par la loi congolaise : éléphant, girafe,

gorille, chimpanzé, lion, okapi, leopard, singe, rhinocéros, tigres, pangolin, ecureille, buffle, gazelle, oreotrague, tortue,

crocodile, grand pangolin, hippopotame, paon, zèbre.

Cependant, la rareté de la pauvreté des populations et le sous développement du secteur de l’élevage sont des facteurs qui sont à la base

de l’abattage irrationnel sur les ressources de la faune sauvage dans le secteur de Wanyianga.

 

 

 

  1. Analyse des parties prenantes

L’analyse des parties prenantes au plan se retrouvant dans la constellation des acteurs en secteur de Wanianga donne l’image suivante :

ORGANISATIONS PAR SECTEURS D’ACTIVITES

SECTEURS

ORGANISATIONS CIBLEES

01

Sécurité

FARDC, PNC, ANR, MONUSCO, STAREC, PAREC et la population…….

02

Sécurité alimentaire

FAO, PNUD, PAM, FOPAC, SYDIP, Gouvernement…..

03

Cohésion sociale

STAREC, Eglises (Confessions religieuses), ONG de Droits de l’Homme……

04

Infrastructures de base

Assemblées Nationale et Provinciale, Gouvernement, PNUD, Coopération Internationale (Union Européenne, Banque Mondiale), Caritas, MONUSCO, 1ère Urgence, Oxfam, Agro Action Allemande, AVSI, Eglises (Confessions religieuses)…….

05

Administration publique

Gouvernement, PNUD, MONUSCO, REJUSCO….

06

Secteur forestier

Gouvernement et ses partenaires, UICN, IBN, Rainforest Foundation, WWF, Gorilla Organisation, Forest Monitor, Réseau Ressources Naturelle (RRN)…..

07

Secteur minier

Gouvernement, OCDE, RRN, 11.11.11, Pole Institute….

08

Résolution des conflits

Gouvernement et ses partenaires, ONG des Droits de l’Homme, WRM…..

09

Genre

Gouvernement et ses partenaires,…

10

Désenclavement

Gouvernement et ses partenaires, AAA, OIM, GIZ, 1ère Urgence, Caritas, AVSI, Mercy Corps…

11

Dignité et stabilité pygmées

Gouvernement et ses partenaires, IPACC, DOCIP……..

 

Ces acteurs à ce jour collaborent peu et donc l’ambition du plan est de les mettre dans une synergie de travail autour des différents pilier

s ci-haut définis.

Ci-dessous la matrice synthèse de l’analyse des acteurs telle- que perçue par les participants en atelier d’Août 2011 donnant la situation

de départ des parties prenantes au plan :

 

 

 

Importance

 

 

 

 

 

H

AUDIANCE SECONDAIRE

  • Population locale

  • PIDP

AUDIENCE PRIORITAIRE

  • STAREC

  • Le gouvernement provincial du Nord Kivu

  •  

AUDIANCE PRIORITAIRE

  • MONUSCO

  • 8ème région militaire

  • Les autorités locales (coutumières et administratives)

M

LAISSER DE CÖTE

  • AFED :

  • RCGW :

AUDIANCE SECONDAIRE

  • FAO-PNUD- Exploitants industriels miniers

  • Exploitants industriels de bois

  • Les élus provinciaux et nationaux

  • Acteurs du secteur ANE :

  • FODI :

  • SG/Réseau CREF

AUDIANCE PRIORITAIRE

  • Gouvernement national

F

LAISSER DE CÖTE

  • Exploitants miniers artisanaux /SAESCAM

LAISSER DE CÖTE

  •  

AUDIANCE SECONDAIRE

 

F

M

H

 

Influence

Observations:

  • Audience prioritaire : MONUSCO, 8ème région militaire, Les autorités locales (coutumières et administratives) STAREC, Le gouvernement provincial du Nord Kivu, Gouvernement national,

  • Audience secondaire : Population locale, PIDP FAO-PNUD- Exploitants industriels miniers, Exploitants industriels de bois, Les élus provinciaux et nationaux, Acteurs du secteur ANE, FODI, SG/Réseau CREF.

  • Laisser de Côté : Exploitants miniers artisanaux /SAESCAM, AFED, RCGW,

 

  1. Orientations stratégiques en écodéveloppement :

 

    • vision :

« Une chefferie secteur de Wanianga, en Territoire de Walikale, où ces filles et fils vivent en paix et en harmonie avec

les voisins et jouissant de l’exploitation rationnelle et équitable des leurs ressources naturelles pour les générations actuelles et futures. »

    • Mission :

« Assurer une participation active des acteurs tant publics que privés dans le développement du secteur des Wanianga,

fondée sur une bonne gouvernance. »

Finalité du plan

  1. Contribution à la lutte contre la pauvreté par l’amélioration des conditions de vie des populations.

Impact

  1. Les moyens d’actions des populations pour répondre aux besoins vitaux et stratégiques sont renforcés.

Indicateurs d’impact

Taux d’amélioration des principaux indicateurs humains1 de la population du secteur de Bakano en territoire de Walikale.

 

Pilier 2 : Bonne gouvernance

Résultat :

  • Les lois en rapport avec l’exploitation des ressources naturelles minières, forestières et fauniques sont connues par la population;

Indicateurs clés :

  • Pourcentage des populations informées et connaissant les instruments juridiques nationales et internationales sur la gestion des ressources naturelles;

Activités pilotes pour atteindre chaque résultat :

  • Appui aux activités de vulgarisation des instruments juridiques nationales et internationales sur la gestion des ressources naturelles ;

  • Enquête CAP sur le niveau de connaissances et pratiques sur les ressources naturelles.

  • Accompagnement des initiatives des jeunes sur leur implication dans la gestion durable des écosystèmes forestiers (ressources naturelles)

  • Plaidoyer et dialogue social – redevabilité dans la gestion des ressources naturelles.

 

Pilier 3 et 5: Dynamique communautaire autour des aires protégées et Foresterie communautaire

 

Objectifs :

  • Accompagnement à la mise en œuvre du plan de gestion des quatre CFCL pilotes-

  • Accompagnement à la mise en place des forêts des communautés dont une forêt des communautés pour les peuples autochtones pygmées.

Résultat

  • Les gestionnaires publics, des programmes en ressources naturelles et les communautés riveraines collaborent au profit d’une gestion durable des ressources forestières / aires protégées/ressources naturelles.

Indicateurs clés :

  • Degré de collaboration entre gestionnaire publique, des programmes en ressources naturelles et les communautés riveraines

Activités pilotes pour atteindre chaque résultat :

  • Organisation du dialogue social avec les parties prenantes à travers le territoire en rapport avec la gestion participative des ressources naturelles

  • Organisation des visites d’échanges dans les pays de la CIRGL en matière de gestion participative des ressources naturelles ;

Pilier 4 : REDD et CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Résultats :

      1. Les acteurs environnementaux s’organisent pour développer des projets REDD+, des initiatives REDD+ ou initiatives alignées à la REDD+

      2. Réhabilitation et promotion des droits socioéconomiques des communautés impliquées dans les projets pilotes REDD+ en Province du Nord Kivu

Indicateurs :

  1. de projets/initiatives REDD+engagés dans le processus d’homologation ;

  2. Taux de réduction de la pauvreté des communautés locales

  • Pistes stratégies- agir sur

  • la réduction du déboisement,

  • la réduction de la dégradation des forêts,

  • la conservation du carbone forestier,

  • la gestion durable des forêts et

  • l’accroissement des stocks de carbone forestier

  • la sécurisation foncière

  • l’implication des COLO dans le processus de projets

  • amélioration des conditions socioéconomiques des COLO

  • accès à l’information autour des projets pilotes REDD+

Activités pilotes pour le secteur de wanyanga :

  • Appui aux activités de vulgarisation des instruments juridiques nationales et internationales sur les changements climatiques & REDD

  • Elaboration, adoption d’une politique et d’un plan de mise en œuvre d’électrification rurale par centrale hydroélectrique et énergie solaire ;

  • Appui à la vulgarisation des foyers améliorés fixes et mobiles ;

 

Pilier 6 : Stabilité et dignité des peuples autochtones

 

Résultat

  • La dignité des peuples autochtones pygmées, des femmes et des classes victimes de discrimination sociale (personnes vivant avec le handicap, le VIH/Sida, etc.) est réhabilitée grâce à l’intégration au développement par une approche professionnelle, sociopolitique et culturelle

Indicateurs clés :

  • Taux d’accroissement des pygmées, des femmes et des classes victimes de discrimination sociale (personnes vivant avec le handicap, le VIH/Sida, etc.) intégrés dans le circuit économique, politique, social et culturel pour assurer leur promotion à travers la production des biens et des services

Activités pilotes pour atteindre chaque résultat :

  • Appui aux activités de promotion sociale, politique, économique et culturelle de la population en utilisant leurs acquis et leur savoir traditionnel.

 

Pilier 9 : Mines et hydrocarbures

Objectif :

  • Renforcement des capacités & moyens d’actions des acteurs de Walikale-Wanianga en gestion participative des ressources naturelles respectueuse des normes et principes de l’ITIE et promotrice d’un entrepreneurship minier-forestier au profit du bien-être des communautés locales.

Effets :

  • Les capacités & moyens d’actions des acteurs de Walikale-Wanianga en gestion participative des ressources naturelles respectueuse des normes et principes de l’ITIE et promotrice d’un entrepreneurship minier-forestier au profit du bien-être des communautés locales sont renforcées.

Indicateurs des résultats :

  • Niveau de classement selon les échelles standards ITIE et normes de l’OCDE des acteurs répertoriés officiellement ;

  • Pourcentage des populations en service dans les divers entreprises privées et publiques du secteur minier-forestier en territoire de Walikale-Wanianga.

Résultat 1:

  • Les exploitants installés en territoire de Walikale-Wanianga gèrent dans le respect des principes de la traçabilité et l’application de la loi dans le secteur minier;

Indicateurs clés :

  • Pourcentage d’exploitants en ordre avec les structures impliquées dans les principes de la traçabilité du secteur minier

  • Taux croissant d’adéquation entre les statistiques officielles et officieuses des exploitants miniers

  • Nombre des documents produits

Activités pilotes pour atteindre chaque résultat :

  • Appui à la vulgarisation des textes de lois sur le code foncier ITIIE et traçabilité ressources naturelles ;

  • Accompagnement des activités de ccartographie des acteurs en ressources naturelles, de leurs droits & devoirs (cahiers de charge) vis –à-vis des communautés et inventaire multi ressources

  • Publication semestrielle des statistiques des exploitants des ressources naturelles du territoire;

Résultat 2:

  • L’entrepreneurship minier /SAESCAM impliquant les communautés locales est encouragé à travers des projets spécifiques ;

Indicateurs clés :

  • Taux d’accroissement des projets spécifiques des entreprises minières impliquant les communautés locales

  • Visibilité du SAESCAM en territoire de Walikale-Wanianga

  • Taux de participation des territoires à l’entreprenariat minier

Activités pilotes pour atteindre chaque résultat :

  • Appui –formation en entrepreurship (coopératif) minier

  • Disponibilisation d’un fonds d’appui territorial à l’entrepreneurship minier à haute intensité des mains d’œuvre.

 

  1. Risques particuliers associés à la réalisation du plan :

 

Les principaux risques identifiés par les acteurs de Wanianga sont les suivant :

Matrice synthèse des risques pour le plan de Wanianga

Probabilité forte

Risque moyen

  • Mauvaise documentation des appuis dans le domaine de sécurité alimentaire.

Risque important

  • Réticence des acteurs publics et du secteur de sécurité à collaborer avec les OSC du plan de développement de Bakano.

  • Peu de moyen pour accompagner les filières agricoles professionnelles

Risque important

  • x

 

Probabilité moyenne

Risque faible

  • Faible performance des acteurs du plan de développement de Bakano dans l’exécution des contrats signés.

  • Faible implication des agents formés dans la mise en pratiques des formations reçues.

  • Faible application des lois de l’offre et de la demande

  • Faible performance des services statistiques du territoire

  • Peu de moyen pour accompagner les pygmées dans la professionnalisation et dans leur intégration totale

Risque moyen

  • Faible implication des acteurs

  • Faible participation des femmes et filles aux activités planifiées

  • Faible mobilisation des ressources pour reconstruire Walikale-Wanianga

  • Peu d’intérêt des médecins à travailler en zone éloignée comme Walikale-Waninaga

  • Volonté négativiste des tenants de pouvoir à régler les questions qui se posent.

  • Manque d’esprit d’initiative des agents impliqués dans le plan

 

Risque important

  • Mauvais ciblage des paysans agriculteurs pilotes.

  • Hypocrisie des communautés dans le processus de transformation des conflits

  • Militarisation des sites en conflits.

  • La faible volonté des bénéficiaires dans le respect des engagements avec le projet

 

Probabilité faible

Risque faible

 

Risque faible

  • Faible implication des tenants de la tradition dans la mise en pratiques des stratégies de rapprochement

  • Faible implication des populations

Risque moyen

  • Faible implication des filles et garçons habitués à la vie des carrés miniers

  • Mauvaise gestion des ressources issues de l’exploitation des ressources naturelles de Walikale

 

Influence faible

Influence moyenne

Influence forte

Commentaires:

Les risques importants nécessitant des stratégies urgentes de gestion tels que repris dans les tableaux en annexes sont :

1Voir rapport 2010 d’évaluation du progrès dans les OMD du Ministère national du plan

 

  • Mauvais ciblage des paysans agriculteurs pilotes.

  • Hypocrisie des communautés dans le processus de transformation des conflits

  • Militarisation des sites en conflits.

  • La faible volonté des bénéficiaires dans le respect des engagements avec le projet

  • Réticence des acteurs publics et du secteur de sécurité à collaborer avec les OSC de Wanianga.

  • Peu de moyen pour accompagner les filières agricoles professionnelles

 

Risques moyens sont :

  • Faible implication dans les actions de développement des filles et garçons habitués à la vie des carrés miniers.

  • Faible participation des femmes et filles aux activités planifiées.

  • Mauvaise gestion des revenus issus de l’exploitation des ressources naturelles.

  • Faible implication des acteurs dans les actions de développement.

  • Faible mobilisation des ressources pour reconstruire Walikale.

  • Peu d’intérêt des médecins à travailler en zone éloignée comme Walikale.

  • Volonté négativiste des tenants de pouvoir à régler les questions qui se posent.

  • Manque d’esprit d’initiative des agents impliqués dans le plan.

  • Mauvaise documentation des appuis dans le domaine de sécurité alimentaire.

 

 

Risques faibles sont :

  • Faible performance des acteurs du plan de développement de Bakano dans l’exécution des contrats signés.

  • Faible implication des agents formés dans la mise en pratiques des formations reçues.

  • Faible application des lois de l’offre et de la demande

  • Faible performance des services statistiques du territoire

  • Peu de moyen pour accompagner les pygmées dans la professionnalisation et dans leur intégration totale

  • Faible implication des tenants de la tradition dans la mise en pratiques des stratégies de rapprochement

  • Faible implication des populations

 

 

  1. Données et cartes de base de l’ETD.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

PROVINCE DU NORD KIVU

TERRITOIRE DE WALIKALE

SECTEUR DE BAKANO

 

PLAN DE D’ECODEVELOPPEMENT SECTEUR DE BAKANO

 

En collaboration avec

MINISTERE PROVINCIAL EN CHARGE DE L’ENVIRONNEMENT & DIVISION PROVINCIALE DU PLAN -NORD KIVU

Avec l’appui de :

Ecosystème Alliance

 

Goma, Septembre 2013

 

  1. Contexte

Le plan d’Ecodéveloppement du secteur de Bakano fait suite à une étude socio-économique des Concessions Forestières de Communautés Locales, en Secteur des Bakano méné par l’organisation FODI (Forêt pour le Développement Intégral), en partenariat avec le Réseau CREF et,

avec l’appui de RFN et UICN France.

Ce plan de d’écodéveloppement est donc les résultats des ces études à la seul différence que celui-ci met plus l’accent sur l’aspect environnement.

  1. Méthodologie

Le processus d’élaboration de ce plan d’écodéveloppement du secteur de Bakano repose sur une démarche de planification locale novatrice,

et largement participative qui a impliqué les différentes couches de la population locale, autorités politiques, administratives et coutumières,

les services techniques déconcentrés, ainsi que les principaux acteurs du développement local.

Les populations ont été largement impliquées dans la mise en œuvre du processus de planification à travers l’étude socio-économique

des concessions forestières. Une équipe d’enquêteurs a été mise en place pour les consultations avec les membres de la communauté.

 

  1. Mandat

Le mandat accordé à l’organisation FODI était de ressortir du PDL de Bakano et de l’étude socio-économique des Concessions Forestières de Communautés Locales en secteur de Bakano, un plan d’écodéveloppement local intégrant les trois dimensions de développement durable pour un développement harmonieux du secteur .

  1. Objectifs du plan d’écodéveloppement du secteur de BAKANO

Définir les principales orientations d’aménagement et de développement durable (social, économique et environnemental) du secteur de BAKANO ainsi que l’élaboration d’un programme d’investissement pluriannuel tenant compte des potentialités et contraintes du milieu, des actions prioritaires et des moyens disponibles ou attendus.

  1. Elément phare sur le plan REDD, environnement, Forêts, eau et Biodiversité

 

  1. Elément phare sur le plan REDD en cours et potentiels :

Aucun projet REDD n’est à ce jour développé dans le secteur de Bakano, cependant une initiative en cours de conservation de l’habitat des grands singes de l’Est (gorilles et chimpanzés) CAP 2022 avec le couloir écologique touche également cette entité. Le consortium de conservation avec certaines organisations locales à terme pourrait évoluer vers des projets REDD+ et cela avec l’appui de C.I. .

Mais aussi la dynamique actuelle des concessions des forets des communautés locales initiée par FODI avec l’accompagnement de UICN à travers le le Réseau CREF, donne espoir que d’ici 5 ans ,il sera possible d’aboutir à un projet REDD+.

  1. Environnement

Les massifs forestiers du secteur de Bakano et leurs diversités biologiques en faune et flore constituent les ressources phares environnementale de ce dernier. Le secteur touche aussi au PNKB dans ses limites actuelles.

  1. Forêts

Les forêts du secteur des Bakano appartiendraient aux forêts denses humides de basse et moyenne altitude de la cuvette centrale congolaise

selon les conclusions de l’inventaire multi-ressources mené dans les forêts sous la gestion des communautés locales grâce à l’accompagnement

de FODI. C’est une forêt ombrophile à canopée fermée. Les familles des Fabaceae, des Euphorbiaceae et des Meliaceae sont les plus présentes

dans les forêts du secteur des BAKANO.

 

 

Les forêts denses humides du secteur de BAKANO : sanctuaire écologique

 

 

 

  • forets classées,

Le secteur des Bakano renferme une forêt classée ; le parc national de Kahuzi-Biega, qui occupe plus de la moitié du secteur

des Bakano. En dehors du parc national de Kahuzi Biega, il n’existe pa d’autres forêts classées.
 

  • protégées,

Les forêts protégées couvrent une bonne partie du secteur des Bakano et accueillent les différentes activités humaines

des populations vivant dans le secteur des Bakano. Ces forêts protégées sont également riche en biodiversité de même que

le parc environnant.

Il est important de signaler que ces forêts protégées tout en gardant encore leur structure forestière intacts sont exposé

à la convoitise de plusieurs exploitant artisanaux de bois découragés suite au mauvais état de la route qui ne peut pas

faciliter l’évacuation rapide des planches.

  • Proposition des forêts des communautés locales

  • Le secteur des Bakano compte à ce jour 4 Forets des Communautés Locales reparties sur 4 localités. Les quatre localités ayant des terres contiguës, elles forment une superficie moyenne de 90.000 ha des forêts dense humide sur une superficie estimée à 1.500.000 ha. Plusieurs activités préparatoires pour une gestion efficiente des forêts par les communautés locales et peuples autochtones pygmées dans une vision de déforestation évitée et l’amélioration du niveau de vie des communautés forestières sont encours dans le secteur de Bakano Les communautés locales de ces 4 localités : BAFUNA BONGWE, BANISAMASI, BASENGELE et BANANZIGHA aspirent au droit de propriété légale de leurs forêts acquises en vertu de la coutume.

  •  

  1. Eau

Le Secteur des BAKANO connait une pluviosité abondante et régulière. Suite à cette pluviosité, le secteur des Bakano regorge une hydrographie

très riche et abondante. Parmi les cours d’eau les plus importants, nous pouvons citer : la rivière LOHOHO qui limite le Secteur Administratif

des BAKANO et le Secteur Administratif des WANIANGA, la rivière LUKA qui arrose le secteur en se jetant dans la rivière LOWA, la rivière

UTU affluent de la rivière LUKA,

limite les groupements BAKANO et BAKONDJO, et la rivière CHASA affluent de LOWA, limite la province du Nord – Kivu et celle du Maniema.

Malgré cette hydrographie riche, comme toute la République Démocratique du Congo, la population du secteur des Bakano reste confrontée

au problème d’accès à l’eau potable.

  1. Biodiversité

Les inventaires multi-ressource conduits par FODI-Réseau CREF dans le secteur de BAKANO, ont démontré que la forêt du secteur renferme encore un bon nombre d’espèces fauniques. 23 espèces ont été observées dans la forêt pendant l’inventaire. Ces 23 espèces se répartissent en huit Ordres qui sont les Primates et les Artiodactyles avec chacun Cinq espèces, Rongeurs avec trois espèces, les Carnivores avec deux espèces et Les Insectivores, les Hyracoïdes ainsi que les Pholidotes et les Chiroptères, représentés par d’une seule espèce.

Il faut signaler toute fois que ces espèces sont victimes du braconnage à grande échelle, et l’habitat détruit suite à l’exploitation minière anarchique.

 

  1. Les défis environnementaux en secteur des Bakano :

 

  • Expropriation des terres coutumières

  • Braconnage accru des grands mammifères

  • Conflit entre les communautés locales et le Parc National de Kahuzi Biega

  • Exploitation anarchique des ressources

  • Exploitation minière peut respectueuse de l’environnement

  • Exploitation anarchique à grande échelle de bois d’œuvre

  • Faible application de la loi forestière et Minière

  • Faible retombée de revenues issues de l’exploitation minière

  • Conflit d’intérêt entre les membres des communautés autour de la foresterie communautaire

 

  1. Analyse des parties prenantes

 

L’analyse des parties prenantes au plan se retrouvant dans la constellation des acteurs œuvrant globalement dans le Walikale avec point de chute

dans le secteur de Bakano :

Tableau : Organisation par secteurs d’activités

SECTEURS

ORGANISATIONS CIBLEES

01

Sécurité

FARDC, PNC, ANR, MONUSCO, STAREC, PAREC et la population…….

02

Sécurité alimentaire

FAO, PNUD, PAM, FOPAC, SYDIP, Gouvernement…..

03

Cohésion sociale

STAREC, Eglises (Confessions religieuses), ONG de Droits de l’Homme……

04

Infrastructures de base

Assemblées Nationale et Provinciale, Gouvernement, PNUD, Coopération Internationale (Union Européenne, Banque Mondiale), Caritas, MONUSCO, 1ère Urgence, Oxfam, Agro Action Allemande, AVSI, Eglises (Confessions religieuses)…….

05

Administration publique

Gouvernement, PNUD, MONUSCO, REJUSCO….

06

Secteur forestier

Gouvernement et ses partenaires, UICN, IBN, Rainforest Foundation, WWF, Gorilla Organisation, Forest Monitor, Réseau Ressources Naturelle (RRN)…..

07

Secteur minier

Gouvernement, OCDE, RRN, 11.11.11, Pole Institute….

08

Résolution des conflits

Gouvernement et ses partenaires, ONG des Droits de l’Homme, WRM…..

09

Genre

Gouvernement et ses partenaires,…

10

Désenclavement

Gouvernement et ses partenaires, AAA, OIM, GIZ, 1ère Urgence, Caritas, AVSI, Mercy Corps…

11

Dignité et stabilité pygmées

Gouvernement et ses partenaires, IPACC, DOCIP……..

 

Ces acteurs à ce jour collaborent peu et donc l’ambition du plan est de les mettre dans une synergie de travail ay tour des différents piliers ci-haut définis.

Ci-dessous la matrice synthèse de l’analyse des acteurs tels que perçu par les participants en atelier de Août 2011 donnant la situation de départ des parties prenantes au plan :

Tableau: Matrice synthèse de l'analyse des acteurs

 

 

 

Importance

 

 

 

 

 

H

AUDIANCE SECONDAIRE

  • Population locale

  • PIDP

AUDIENCE PRIORITAIRE

  • STAREC

  • Le gouvernement provincial du Nord Kivu

  •  

AUDIANCE PRIORITAIRE

  • MONUSCO

  • 8ème région militaire

  • Les autorités locales (coutumières et administratives)

M

LAISSER DE CÖTE

  • AFED :

  • RCGW :

AUDIANCE SECONDAIRE

  • FAO-PNUD- Exploitants industriels miniers

  • Exploitants industriels de bois

  • Les élus provinciaux et nationaux

  • Acteurs du secteur ANE :

  • FODI :

  • SG/Réseau CREF

AUDIANCE PRIORITAIRE

  • Gouvernement national

F

LAISSER DE CÔTE

  • Exploitants miniers artisanaux /SAESCAM

LAISSER DE CÔTE

  •  

AUDIANCE SECONDAIRE

 

F

M

H

 

Influence

 

Observations:

  • Audience prioritaire : MONUSCO, 8ème région militaire, Les autorités locales (coutumières et administratives) STAREC, Le gouvernement provincial du Nord Kivu, Gouvernement national,

  • Audience secondaire : Population locale, PIDP FAO-PNUD- Exploitants industriels miniers, Exploitants industriels de bois, Les élus provinciaux et nationaux, Acteurs du secteur ANE, FODI, SG/Réseau CREF.

  • Laisser de Côté : Exploitants miniers artisanaux /SAESCAM, AFED, RCGW,

 

  1. Orientations stratégiques en écodéveloppement  pour les 5 prochaines années:

 

  • Objectif Global du plan :

 

Définir les principales orientations d’aménagement et de développement durable (social, économique et environnemental) du secteur de BAKANO ainsi que l’élaboration d’un programme d’investissement pluriannuel tenant compte des potentialités et contraintes du milieu, des actions prioritaires et des moyens disponibles ou attendus.

  • Pilier 2: Gouvernance et Transparence dans le secteur forestier.

  • Objectif :

  • Promouvoir une gestion transparente et saine des ressources forestières dans le secteur de Bakano.

  • Résultats :

  • les communautés s’approprient les lois forestières et s’assument à travers l’acceptation des mesures d’application de la loi sur la protection de l’environnement les quelles reflètent la prise en compte des préoccupations des communautés à la base portées par les membres de la société civile délégués.

  • Indicateurs :

  • Pourcentage des communautés s’appropriant les lois forestières et s’assumant en tant que citoyen afin de participer à la Gestion durable des forêts des communautés.

  • Pistes stratégies- lutte contre

  • Conflit des rôles observé dans le chef des différents services de l’Etat

  • Activités :

  • Organiser de réunion de collaboration entre les différents services de l’Etat ;

  • Organiser des dialogues de consultation entre différents membres des communautés sur la question environnementale.

  • Pilier 3 Foresterie communautaire :

 

  • Objectif: Contribuer à la sécurisation juridique des forêts des communautés locales ainsi qu’à la mobilisation des communautés autour de la protection de celles-ci.

  • Résultats :

  • Les communautés locales des 4 forêts communautaires du secteur de BAKANO accèdent aux titres fonciers de leurs forêts

  • Reconnaissance juridique de 4 forêts des communautés locales du secteur de Bakano

  • Indicateurs

  • Nombre des titres de propriété foncière couvrant les forets des communautés locale du secteur de Bakano disponibles.

  • Nombre des forêts des communautés couvert par le certificat d’enregistrement ;

  • la promulgation des textes légaux sur les forêts des communautés locales.

  • Activités pilotes

  • Sensibilisation des communautés locales et peuples autochtones sur la vision et le processus de la foresterie communautaire en RDC.

  • Plaidoyer promulgation des textes légaux sur les forêts des communautés locales.

  • Mener des actions de résolution et de transformation des Conflits des limites entre les clans dans le secteur de Bakano.

  • Mettre en place un observatoire foncier chargé de lutter contre spoliation des terres coutumières.

  • Accompagnement à la mise en œuvre du plan de gestion des quatre CFCL pilotes-

 

  • Pilier 4 : REDD+ et changement climatique,

  • Objectif

Renforcer la dynamique communautaire autour de la gestion des forêts et promouvoir le reboisement à base communautaires des essences

à valeur économique et à croissance rapide en vue de lutter contre le changement climatique.

  • Résultat 1:

Les communautés se mobilisent dans les actions de gestion des forêts et dans le processus de lutte contre le changement climatique à travers

les forêts des communautés locales et le développement des initiatives visant à réduire la déforestation.

  • Résultat 2 :

Appropriation du processus de reboisement à base communautaires des essences à valeur économique et à croissance rapide.par les membres

des communautés locales.

  • Indicateurs

  • Nombre d’initiatives locales opérationnelles dans les actions de gestion des forêts et dans le processus de lutte contre le changement climatique avec couverture territoriale ;

  • Pourcentage des populations touchées par les d’initiatives locales de gestion des forêts et dans le processus de lutte contre le changement climatique ;

  • Nombre des personnes impliquées dans le reboisement.

 

  • Activités

  • Appui aux activités de vulgarisation des instruments juridiques nationales et internationales sur les changements climatiques & REDD

  • Elaboration, adoption d’une politique et d’un plan de mise en œuvre d’électrification rurale par centrale hydroélectrique et énergie solaire ;

  • Appui à la vulgarisation des foyers améliorés fixes et mobiles ;

  • Monitoring indépendant de l’exploitation forestière et minière ;

  • Recherche des plantules sauvages à valeurs économiques

  • Installation des Pépinière.

 

  • Pilier n°5 Dynamique communautaire autour des aires protégées :

  • Objectif

Promouvoir la gestion participative du parc de Kahuzi- Biega en renforçant le travail le travail en synergie parc- communautés locales dans vision d’une gestion durable.

  • Résultat :

Prise en compte des intérêts des communautés locales dans la gestion du parc et gestion durable des ressources du parc promue par tous.

  • Indicateurs :

  • Réductions des conflits parc-communautés riveraines

  • Taux de réduction du braconnage

  • Nombre d’initiative de développement mis en place par l’administration du parc

  • Degré de respect et taux d’application des clauses contenues dans le cahier de charge ICCN-Communautés riveraines.

  • Activités

  • Organiser des dialogues entre administration du parc et le comité de la population riveraine du parc de KAHUZI IEGA;

  • Organiser des réunions pour harmoniser les différents autour de la question de la gestion du par cet du respect des droits des communautés riveraines ;

  • Mener une délimitation et un zonage participative du parc ;

  • Indiquer à la population riveraines les zones de protection intégrales et celles dans les quelles elle peut se ravitaillé en produit forestier non ligneux, en chenilles, escargots,….

  • Mener des actions de plaidoyer pour une gestion communautaire du parc de KAHUZI Biega auprès des de l’CCN ;

  • Tenue des réunions sur les différents droits des communautés à prendre en compte.

 

  • Pilier 9 : Mines et hydrocarbures

 

  • Objectifs :

  • Contribuer à l’exploitation durable des ressources forestières

  • Renforcement des capacités & moyens d’actions des acteurs de BAKANO en gestion participative des ressources minières respectueuse des normes et principes de l’ITIE et promotrice d’un entrepreneurship minier-forestier au profit du bien-être des communautés locales.

  • Renforcer l’application de la loi régissant le secteur minier et forestier

  • Résultats :

  • Réduction du taux d’exploitation anarchique des ressources minières à 50% ;

  • Amélioration du niveau de vie des communautés locales suite à la rétrocession des revenus issus de l’exploitation minière ;

  • Bonne exploitation des ressources minières respectueuses de l’environnement.

  • Indicateurs :

  • Nombre des cas d’irrégularités réprimées

  • Niveau de classement selon les échelles standards ITIE et normes de OCDE des acteurs répertoriés officiellement ;

  • Pourcentage des populations en service dans les divers entreprises privées et publiques du secteur minier-forestier en secteur des BAKANO ;

  • taux d’exploitation anarchique des ressources minières;

  • effectivité de la rétrocession des dividendes de l’exploitation des ressources minières au secteur de BAKANO

  • Activités

  • Appui –formation en entrepreurship (coopératif) minier et forestier

  • Plaidoyer pour la création d’un fonds d’appui territorial à l’entrepreneurship minier et forestier à haute intensité des mains d’œuvre.

  • Formalisation d’un comité ITIE local

  • Organiser des réunions stratégiques d’exploitation minière respectueuse de l’environnement

  • Plaidoyer auprès des Gouvernements centrale et provincial pour l’application effective du principe de la rétrocession des dividendes de l’exploitation minière au secteur de BAKANO

 

  • Pilier 10 : Renforcement de la gestion institutionnelle du plan

  • Résultats :

 

80 % des acteurs environnementaux du secteur des BAKANO partagent les résultats de diverses activités, Consolident au sein de la synergie des acteurs environnementaux et Conseil de concertation territorial la culture de gestion transparente et de réédition des comptes auprès des membres et s’approprient les recommandations faites pour les traduire en actes.

  • Indicateurs :

  • Pourcentage des membres partageant les résultats du plan et s’appropriant les recommandations pour les traduire en actes.

  • Niveau de cohérence et de cohésion entre acteurs ;

  • Taux d’accroissement des recettes issues de l’exploitation des ressources naturelles.

  • Activités

  • Mener des actions de plaidoyer et de lobbying au près des partenaires Techniques et Financiers pour la fidélisation du partenariat (public-privé) multi acteurs autour du plan d’écodeveloppement du secteur de Bakano ;

  • Organiser des séances de coaching des acteurs environnement en faveur du regroupement autours des acteurs environnementaux du secteur autour des piliers stratégiques versus des PTF ;

  • Accroissement des capacités d’auto-financement du service du secteur chargé de la question environnementale et des différents acteurs y intervenant ;

  • Organiser des réunions d’harmonisation des stratégies d’intervention et de partage d’expérience entre les différents acteurs environnementaux du secteur de Bakano ;

  • Organiser des ateliers de renforcement des capacités des acteurs environnementaux et d’évaluation du plan d’écodéveloppement.

 

  1. Risques particuliers associés à la réalisation du plan :

 

Les principaux risques identifiés par les acteurs sont les suivant :

Matrice synthèse des risques

Probabilité forte

Risque moyen

  • Mauvaise documentation des appuis dans le domaine de sécurité alimentaire.

Risque important

  • Réticence des acteurs publics et du secteur de sécurité à collaborer avec les OSC du plan de développement de Bakano.

  • Peu de moyen pour accompagner les filières agricoles professionnelles

Risque important

  • x

 

Probabilité moyenne

Risque faible

  • Faible performance des acteurs du plan de développement de Bakano dans l’exécution des contrats signés.

  • Faible implication des agents formés dans la mise en pratiques des formations reçues.

  • Faible application des lois de l’offre et de la demande

  • Faible performance des services statistiques du territoire

  • Peu de moyen pour accompagner les pygmées dans la professionnalisation et dans leur intégration totale

Risque moyen

  • Faible implication des acteurs

  • Faible participation des femmes et filles aux activités planifiées

  • Faible mobilisation des ressources pour reconstruire Walikale-Wanianga

  • Peu d’intérêt des médecins à travailler en zone éloignée comme Walikale-Waninaga

  • Volonté négativiste des tenants de pouvoir à régler les questions qui se posent.

  • Manque d’esprit d’initiative des agents impliqués dans le plan

 

Risque important

  • Mauvais ciblage des paysans agriculteurs pilotes.

  • Hypocrisie des communautés dans le processus de transformation des conflits

  • Militarisation des sites en conflits.

  • La faible volonté des bénéficiaires dans le respect des engagements avec le projet

 

Probabilité faible

Risque faible

 

Risque faible

  • Faible implication des tenants de la tradition dans la mise en pratiques des stratégies de rapprochement

  • Faible implication des populations

Risque moyen

  • Faible implication des filles et garçons habitués à la vie des carrés miniers

  • Mauvaise gestion des ressources issues de l’exploitation des ressources naturelles de Walikale

 

Influence faible

Influence moyenne

Influence forte

 

Commentaires:

Les risques importants nécessitant des stratégies urgentes de gestion tels que repris dans les tableaux en annexes sont :

  • Mauvais ciblage des paysans agriculteurs pilotes.

  • Hypocrisie des communautés dans le processus de transformation des conflits

  • Militarisation des sites en conflits.

  • La faible volonté des bénéficiaires dans le respect des engagements avec le projet

  • Réticence des acteurs publics et du secteur de sécurité à collaborer avec les OSC de Wanianga.

  • Peu de moyen pour accompagner les filières agricoles professionnelles

 

Risques moyens sont :

  • Faible implication dans les actions de développement des filles et garçons habitués à la vie des carrés miniers.

  • Faible participation des femmes et filles aux activités planifiées.

  • Mauvaise gestion des revenus issus de l’exploitation des ressources naturelles.

  • Faible implication des acteurs dans les actions de développement.

  • Faible mobilisation des ressources pour reconstruire Walikale.

  • Peu d’intérêt des médecins à travailler en zone éloignée comme Walikale.

  • Volonté négativiste des tenants de pouvoir à régler les questions qui se posent.

  • Manque d’esprit d’initiative des agents impliqués dans le plan.

  • Mauvaise documentation des appuis dans le domaine de sécurité alimentaire.

 

Risques faibles sont :

  • Faible performance des acteurs du plan de développement de Bakano dans l’exécution des contrats signés.

  • Faible implication des agents formés dans la mise en pratiques des formations reçues.

  • Faible application des lois de l’offre et de la demande

  • Faible performance des services statistiques du territoire

  • Peu de moyen pour accompagner les pygmées dans la professionnalisation et dans leur intégration totale

  • Faible implication des tenants de la tradition dans la mise en pratiques des stratégies de rapprochement

  • Faible implication des populations

 

  1. Données et cartes de base de l’ETD.

 

 

 



Réagir


CAPTCHA