Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

JANVIER 2013

En collaboration avec

la Réserve Communautaire des Gorilles De Walikale

en République Démocratique du Congo,

Instinct Wildlife Protection

vous informera régulièrement sur l'avancée

des projets de la RCGW

en publiant les rapports fourni par

Monsieur KISUBA MULIRO Rousseau Coordinateur

 

  •  

Association sans but lucratif

RESERVE COMMUNAUTAIRE DES GORILLES DE WALIKALE

Téléphone : +243 85 31 117 59 ; 0999209704

E-mail :rcgwgomawalikale@yahoo.fr,rcgwalikale@googlemail.com

Réalisé avec la facilitation de :

 

 

 

Janvier 2013

Bureau de coordination sis sur Avenue Masisi n°73, Q. Katindo Gauche, Commune de Goma, Ville de Goma, Nord Kivu, RDC.

Bureau de liaison sis à Pinga/Nkassa, Localité Mitingi, Groupement Kisimba, Territoire de Walikale, Compte n° 394/GL, Mecreco Mabanga, Guichet du Lac, compte n° 2351485341-83 à la BIC ; Agence de Goma.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. INTRODUCTION

Dans le cadre de la lutte pour la protection des forêts et la défense des droits et des intérêts des populations dépendantes des ressources naturelles au profit des générations présentes et futures ; le Réseau CREF en collaboration avec ses membres poursuivent la deuxième année de la campagne sur le respect des Droits Humains et Développement Socio-économique des communautés face aux projets REDD en Province du Nord-Kivu. La RCGW entant que l’une des organisation membre impliquée dans ce processus, a effectué une mission dans le Territoire de Walikale notamment à Pinga dans le but de mener un monitoring sur les activités de lutte contre le réchauffement climatique, une étude de faisabilité des Plans de Développement Economique au profit des communautés face au projet REDD Kisimba Ikobo.

II. ORGANISATION DES TRAVAUX DE LA CONSULTATION

 

a) Objectif de la mission : la mission avait trois objectifs principaux :

 

- Sensibiliser les communautés sur la REDD et le CLIP ;

- Faire le monitoring sur les activités ayant trait à la dégradation et la lutte contre le réchauffement climatique,

- Faire une étude de faisabilité des projets à crédit rotatif dans le cadre d’un plan de développement économique débouchant à une structuration des communautés en comité de gestion du projet;

 

b) Equipe de travail 

L’équipe de travail a été composée de :

  1. Rousseau KISUBA MULIRO : Coordinateur de la RCGW

  2. Jean MISINGI MWINDO : Chargé de la permanence à la coordination

 

c)Sites de travail

L’activité a été effectuée dans le site Pinga, un des sites où se déroulent les travaux du projet

REDD Kisimba-Ikobo:

 

d) Les couches consultées : plusieurs couches ont été consultées parmi lesquelles ;

les agents de l’administration publique, les membres des communautés locales,

les exploitants artisanaux forestiers, les agents sanitaires, les coutumiers,

les femmes impliquées dans la commercialisation des viandes de chasse…

e) Méthodologie de travail

 

La méthodologie adoptée pour la récolte d’information était participative et qui a permis aux

ommunautés de s’exprimer valablement sur le thème faisant l’objet de la consultation.

Cette méthodologie a permis au facilitateur d’édifier davantage les participants sur

le avantages et les inconvénients de la REDD ainsi que le CLIP et ses principes comme

instrument qui tient compte des droits et le développement socio-économique des

communautés dans le processus de mise en place des projets en faveur des communautés locales.

Il s’agissait donc de donner de faire des exposés sur la REDD et le CLIP en faveur des

participants avant de demander leurs opinions vis-à-vis du projet REDD kisimba-Ikobo.

L’entretien était conduit sur base d’un outil de travail conçu à l’avance et qui a facilité la récolte

des informations.

 

f) Chronogramme- calendrier

La mission de consultation a couvert une période total de 6 jours, soit du 18 au 23 décembre 2012 ; e

t répartis selon le chronogramme ci-après :

Tableau n° 1 chronogramme des activités sur le terrain

DATE

ACTIVITES

OBSERVATION

18 décembre 2012

Départ Goma-Pinga

1jours

Le 19 décembre 2012

Prise des contacts avec les autorités politico-administratives, coutumières et agents de l’ordre.

1 jour

Le 20 décembre 2012

Préparation des différentes parties prenantes à la consultation sur le projet pilote REDD Kisimba-Ikobo

1 jour

21 décembre 2012

Consultation des communautés sur la question de la REDD Kisimba-Ikobo et identification de manière participative des projets de développement socio-économique des communautés face aux projets REDD en RDC.

1 jour

22-23 décembre 2012

Retour à Goma

2 jours

 

g) Brève présentation et localisation du projet REDD Kisimba-Ikobo

Le projet pilote REDD Kisimba-Ikobo est une initiative de la Réserve Communautaires des Primates

de Bakumbule (RECOPRIBA) et ses partenaires tant nationaux qu’internationaux en

Groupement Kisimba et Ikobo. Le projet entre dans le cadre de gestion de la Réserve des Primates de Kisimba et Ikobo(RPKI).

 

« La Réserve des Primates de Kisimba-Ikobo(RPKI) est la deuxième née des réserves dites

communautaires de la Province du Nord Kivu. Sa création procède de la volonté de promoteurs

de la conservation communautaire (CI et ses partenaires) de renforcer ce concept en créant

plusieurs initiatives similaires à celle de Tayna et de Kisimba-Ikobo.

 

La RPKI est une aire protégée ayant un statut de réserve naturelle, créée par arrêté ministériel

n° 013/CAB/MIN/ECN-EF/2006 portant création d’une réserve naturelle dénommée réserve naturelle

de Kisimba-Ikobo, en abrégé RPKI. Elle couvre une superficie totale de 1370 Km2.

Sa gestion est placée sous la responsabilité de la réserve communautaire

des Primates de Bakumbule(RECOPROBA) qui est une association dite communautaire

dont les membres seraient issus de Groupement Kisimba et Ikobo ».

.

 

 

III. DEROULEMEMENT DES TRAVAUX

 

  1. Configuration des participants

Les personnes contactées dans le seul site de travail sont de différentes catégories socioprofessionnelles issues des différentes couches des communautés et dont leur configuration se présente dans le tableau ci-dessous.

Tableau n° 2 : catégories socioprofessionnelles des personnes consultées.

COUCHES CONSULTEES

EFFECTIF

TOTAL

Homme

Femme

 

01

Cultivateurs

20

2

22

02

Agents sanitaires

5

-

5

03

Capita des villages

3

-

3

04

Femme vendeuses de viandes de chasse

-

6

6

05

Autorités coutumières

3

-

3

06

Membres des ONG locales

5

-

5

07

Exploitants artisanaux du bois

11

-

11

08

Commerçants/ambulants

2

-

2

09

Représentants des confessions religieuses

2

-

2

10

chef de poste d’encadrements administratifs

2

-

2

11

Membre de la mutuelle Bunakima-Maa

7

-

7

12

Comité des bénéficiaires des panneaux solaires

5

-

5

 

TOTAL

65

08

73

 

  1. Sensibilisation les communautés sur la REDD et le CLIP

A ce sujet, le facilitateur a édifié les participants sur le projet REDD en RDC, non seulement

comme solution au problème de dérèglement climatique qui se vit à l’heure actuelle sur la planète terre,

mais aussi comme stratégie de réduction de la pauvreté. Il a ajouté que c’est dans ce cadre

que certains projets pilote REDD ont vu le jour, notamment celui de Kisimba et Ikobo

sous le patronage de la RECOPRIBA avec comme partenaire la Conservation international CI.

Par rapport à la REDD, les explications ont tourné sur les éléments ci-après :

  • Notion sur le changement climatique ou réchauffement climatique ;

  • La définition de la REDD ;

  • Pourquoi la REDD ;

  • Les causes du Changement Climatique ;

  • Les manifestations du changement Climatique ;

  • Les conséquences du changement Climatique et

  • REDD comme solutions d’atténuation du changement Climatique.

Par la suite, le facilitateur a rappelé aux participants sur certains prescrits du CLIP

lors de la mise en place de tout projet de développement en faveur des communautés.

Il était donc question de vérifier si les droits de communautés locales sont pris en compte

dans la mise en place de ce projet REDD Kisimba-Ikobo. Ainsi par rapport au CLIP,

les notions suivantes ont été à la base des échanges :

  • Définition du CLIP ;

  • Pourquoi le CLIP ;

  • Avantages du CLIP et les principes du CLIP.

 

  1. Monitoring sur les activités de dégradation et la lutte contre le réchauffement climatique,

Le monitoring des activités des personnes impliquées dans l’exploitation du bois et la chasse a été

faite lors de cette consultation. Il s’agit entre autre des observations des centrées sur les produits

forestiers ligneux ou non ligneux qui sont exploités et vendus sur les marchés locaux.

Pour l’exploitation du bois, le sciage des bois et la carbonisation sont les activités qui

se pratiquent avec acuité dans la forêt et cela pour diverses raisons.

Pour l’exploitation des bois, les espèces les plus exploitées sont les lEntandrophragma (Libuyu),)

le Cordia abyssinica (Mungomangoma), Markhamia lutea (musave le « Kirehe » et autres

Pour la chasse, les petits singes (Cercopithecus spp), les porcs-épics (Atherurus africanus),

et les antilopes sont les espèces les plus concernées par l’exploitation.

Pour réduire cette pression sur les ressources, certaines activités sont en pied d’œuvre

afin de réduire tant soit peu, non seulement cette pression sur les ressources forestières;

mais aussi penser à une gestion saine qui réduit les risques dans l’atmosphère.

Il s’observe que dans la plupart des cas, ces ressources forestières sont exploitées

à grande partie pour la recherche des matériaux de construction des maisons,

et autres infrastructure de développement, entre autres les écoles, centre de santé, églises, ponts…

Pour réduire cette pression, il sied de signaler dans ce cadre, les activités de suivi sur le terrain

menées par le service de l’environnement conservation de la nature au niveau local.

Dans cet ordre, nous pouvons aussi citer certaines activités de sensibilisation menée par la RCGW,

pour la vulgarisation du code forestier en organisant des émissions,

à la station de radio REPI FM à Pinga/Nkassa ; afin d’informer à chaque partie prenante

impliquée dans l’exploitation sur ses droits et ses devoirs vis-à-vis de la gestion forestière.

  1. Etude de faisabilité des projets à crédit rotatif.

 

  1. Choix du projet de développement économique

Comme signalé dans les objectifs de la descente, il est impérieux de faire une étude de faisabilité

pour la mise en œuvre d’un projet de développement, et cela dans le cadre d’un plan de

développement économique débouchant à une structuration de ces communautés en comité

de développement. De ce fait, les participants eux-mêmes se sont prononcés sur plusieurs

alternatives pouvant permettre de réduire les actions d’exploitation sur les ressources forestières

dans le cadre de lutte contre le réchauffement climatique.  

Le choix du projet était fait de manière participative. Il s’agissait de subdiviser les participants

à carrefour dont chaque carrefour avait opté pour une proposition en rapport avec le thème.

Cinq carrefours ont été donc constitués pour se prononcer

sur le projet et ces derniers se présentent comme suit :

 

Carrefour1 : Projet d’élevage du petit bétail en faveur des populations dépendantes des forêts ;

Carrefour2: mise en place d’une briqueterie communautaire pour l’amélioration de l’habitat

et l’exploitation durable des forets en milieu rural de pinga;

Carrefour3 : Projet appui à de crédit rotatif à caution solidaire pour l’amélioration de

l’économie dans les ménages,

Carrefour4 : Projet d’amélioration de l’habitat par la fabrication des matériaux de construction

non issus de la forêt,

Carrefour5 : Projet d’électrification rural par la construction de central hydro-électrique en milieu rural de Pinga.

De ces cinq propositions celle du deuxième et du quatrième carrefour qui est celle de la

MISE EN PLACE D’UNE BRIQUETERIE COMMUNAUTAIRE POUR L’AMELIORATION

DE L’HABITAT ET L’EXPLOITATION DURABLE DES FORETS EN MILIEU RURAL DE PINGA

a été retenu comme priorité, étant donné qu’il été exprimé par deux groupes de travail

lors des carrefours. Ce projet se justifie par le fait qu’en fabricant les briques, on pourra

réduire tant soit peu la fréquence en forêt pour la recherche des matériaux de construction

des maisons et autres infrastructures dont le renouvellement est presque annuelle.

  1. La structuration de comite du plan de développement économique

Après le choix du projet de développement économique pour la réduction ultérieure

de la dégradation et du réchauffement, la constitution du comité pour la gestion participative

du projet a été faite, et composé des membres qui suivent au regard de leurs postes.

Président  : MISHIKI Clément : Agriculteur

Vice-président  : MWINDO MUNEWA Janvier : Agent RCGW

Secrétaire  : MWINDO MUHIMA Bertin : Agent psycho-social

Secrétaire adjointe : MUSHUNGANYA KENSE André : Superviseur Environnement.

Trésorière  ; BANUNSANE CHUO : Enseignante

Trésorière adjointe : MUNEWA Marie : infirmière

Conseillers :

  • MATATA KURIKENYA : Cultivateur

  • KAKE BITASIMWA : Infirmier superviseur BCZ

  • MURINSA BUNDA : menuisier

  • KISEWANGWE IRUMBO : CPEA/Pinga

  • KAKULE MUYUMBU : Ancien de l’Eglise CEBCA

  • KUBUYA KABAKI : Président société civile pinga

  • BUHINI KABAKI : Chef de localité Pinga

 

 

DIFFICULTES RENCONTREES

 

Au cours de cette consultation on s’est heurté contre plusieurs les difficultés notamment,

le déploiement tardif sur le terrain à cause de la guerre qui a opposée les FARDC et les rebelles

du M23 à Goma. La présence dans la zone d’intervention par les groupes armés, entre autres les APCLS,

les mi-mai Cheka, les FDLR a aussi rendu difficile la réalisation du travail sur le terrain.

Pendant le séjour sur le terrain, la prise des images a été difficile, et cela due, non seulement

à cause de la situation sécuritaire précaire, mais aussi la non maitrise maîtrise de l’appareil smarte phone

. Cette incertitude sécuritaire ne nous a pas donc permis de nous déployer avec le Smartphone sur le terrain,

non seulement par crainte d’être suspecté, mais aussi d’être victime des tracasseries par des forces négatives.

 

CONCLUSION

 

Cette deuxième phase de consultation sur la REDD du projet pilote Kisimba-Ikobo

a porté sur trois points essentiels dont la en premier lieu, la sensibilisation sur la RED et le CLIP.

En deuxième lieu, faire le monitoring sur les activités d’exploitation forestière par les communautés

locales et autres parties prenantes. Et en troisième lieu, il était question de mener une étude de faisabilité

des plans de développements économiques pour la réduction des activités à la base de la dégradation

et le réchauffement climatique.

Il sied de signaler que cette étude de faisabilité a débouché sur l’identification du projet et

la structuration des communautés en comité de développement pour la mise en œuvre aisée

ce projet identifié. Cinq propositions ont été données par les participants pendant des travaux en carrefour,

où une seule a été retenue. Il s’agit du projet

MISE EN PLACE D’UNE BRIQUETERIE COMMUNAUTAIRE POUR L’AMELIORATION

DE L’HABITAT ET L’EXPLOITATION DURABLE DES FORETS EN MILIEU RURAL DE PINGA.

Nous tenons donc à remercions de tout cœur, tous ceux qui ont; de loin ou de près apporté

leur contribution de quelle nature qu’elle soit pour la réussite ce cette activité de consultation.

Nos remerciements s’adressent plus particulièrement au Réseau CREF pour avoir libéré

le fonds nécessaires pour la mise en œuvre de cette activité.

 

Ainsi fait à Goma, le 15 janvier 2013

 

Rousseau KISUBA MULIRO

Coordinateur



Réagir


CAPTCHA