Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

LION AFRICAIN

Les lions d’Afrique menacés par les chasseurs américains

000_par3562897.1299156358.jpg

Le lion, c'est le roi des animaux, symbole de force et de grandeur. Mais c'est aussi un trophée de chasse des plus prisés, qui en fait une espèce en voie de disparition. Son principal prédateur ? Les Américains, qui représentent une menace forte et croissance pour la survie de ces félins en étant devenus les plus grands acheteurs de trophées, tels que des tapis en peau, ou de parties du corps, comme les griffes, le crâne ou les os. Près des deux tiers des 5663 lions chassés pour le sport en Afrique ont ainsi vu leur carcasse envoyée aux Etats-Unis au cours des dix dernières années. Voilà les conclusions d'un rapport, repris par le Guardian, d'une coalition d'ONG américaines de défense de la faune sauvage qui plaide pour l'interdiction de la chasse aux lions en Afrique.

 

"Le roi de la jungle est en voie d'extinction, et pourtant les Américains continuent de tuer des lions pour le sport", s'alarme Jeff Flocken, du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), qui appelle la Maison Blanche à agir. Car le nombre de prises par les chasseurs américains a doublé entre 2008 et 1999.

Conséquence : en un siècle, la population de lions sauvages sur le continent a dramatiquement chuté, passant de 200 000 à 40 000, voire 23 000 selon certaines estimations, ce qui reviendrait à un taux de disparition de 80%. Les lions ont totalement disparu dans 26 pays africains. Seuls sept pays (Afrique du Sud, Botswana, Ethiopie, Kenya, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe) abriteraient encore plus de mille lions chacun, selon l'association de défense des grands félins Panthera.

Le penchant des chasseurs pour les lions mâles risque par ailleurs de mener à l'extinction de troupeaux entiers, ajoutent les défenseurs de l'environnement. La disparition du mâle dominant pourrait en effet déclencher une lutte pour la suprématie entre les survivants, menant à la mort d'autres lions, adultes ou plus jeunes.

Si le principal prédateur des lions reste l'homme, les chasseurs occidentaux ne sont toutefois pas les seuls responsables. Les lions sont en effet aussi tués par des habitants et travailleurs locaux, dans des situations de conflit, tant la cohabitation entre l'homme et le félin est difficile. Sans compter qu'ils subissent aussi une pression sur leur habitat naturel, avec la diminution des contrées sauvages, qui font place à des infrastructures ou à l'agriculture.

Malgré tout, toutes les associations ne militent pas pour l'interdiction totale de la chasse. "Si vous la bannissez, alors le vrai risque est que vous contraignez les gouvernements africains à générer d'autres revenus sur leurs terres, grâce à l'élevage et à l'agriculture, qui détruisent l'habitat naturel des lions", justifie Luke Hunter, vice-président de Panthera. Une chasse responsable pourrait alors permettre de préserver l'espèce.

 

Photo : AFP



Réagir


CAPTCHA